Estimation des bois sur pied

L’estimation des bois va permettre au propriétaire forestier d’obtenir une évaluation chiffrée de la valeur de ses bois marchands. Cette valeur dépend d’une somme de paramètres relevés sur le terrain et de calculs ultérieurs dûment affinés selon :

  • la dimension du chantier
  • les conditions d’exploitation (relief, accessibilité, stockages,..)
  • les tendances des marchés.

Votre coopérative met à votre  disposition tout son savoir – faire, autour de  3 grandes étapes.

Service associé : Estimer la valeur de votre forêt

1ère étape : la définition de la coupe

Etablir clairement « l’ assiette de la coupe », les opérations d’exploitation à mener et les conditions de faisabilité.

Cela démarre toujours par une rencontre sur site avec le propriétaire forestier (et/ou son gestionnaire) et un  échange entre son projet et les conseils de sa coopérative, pour une réponse la plus adaptée à son projet.

Cela suppose comme préalable de :

Bien délimiter les parcelles à traiter

pour éviter  tout malentendu avec le voisinage, avec plans et matrices cadastrales à l’ appui, recherche de bornes sur le terrain et usage d’appareils topographiques simples (boussole/topofil) ou numériques (photo aérienne /GPS).

Bien identifier les arbres à prélever

selon le mode de coupe retenu : coupe rase sur peuplements mûrs ou non améliorables (taillis en terrain pauvre, coupes sanitaires de peuplements dépérissants …), ou coupe d’éclaircie visant à l’amélioration de peuplements

Pour une coupe d’amélioration, le marquage des arbres est conseillé, que ce soit en abandon (à abattre) ou en réserve (à conserver ) : une opération qu’il est recommandé de faire réaliser par des professionnels agréés  « hommes de l’art », comme les techniciens de votre coopérative.

Bien réfléchir à  l’itinéraire de débardage et de stockage des bois

car en cas de complications, il faudra chiffrer les frais nécessaires en autorisations auprès du voisinage et en équipements : ouverture de tires de débardage, création de places de dépôt, passages busés,…

Bien intégrer les obligations et impacts éventuels liés à la conformité réglementaire du projet :

  • Détention d’un Document de Gestion Durable  obligatoire
  • Autorisation administrative de coupe
  • Seuils de surface
  • Voirie : tonnages limités
  • Réseaux : EDF, téléphone, gaz , et déclarations correspondantes
  • Aires protégées, sites classés ou inscrits, zone de captage d’eau potable, franchissement de cours d’eau

 

2ème étape : le cubage

Inventorier et mesurer les arbres sur site, pour déterminer quels sont les volumes de bois par qualités de produits.

Inventaires de terrain : ils sont destinés à dénombrer le nombre d’arbres de la coupe en les ventilant par classes de grosseur (circonférence ou diamètre, mesurés à hauteur d’homme = 1,30m).

Ils sont réalisés :

  • soit « pied à pied » sur toute l’assiette de la coupe dans les peuplements de valeur, mûrs (Pin, Peupliers, Douglas futaies de Chêne …),
  • soit par mesurage sur des placettes représentatives et extrapolation à la contenance totale, sur des peuplements jeunes ou de taillis.

Calculs de volumes : par classe de grosseur, les hauteurs de billes sont mesurées depuis le pied jusqu’à la découpe marchande, en subdivisant le fût en plusieurs tronçons de qualités variables, qui permettront de ventiler le volume total en différents produits.

Le volume, établi au m3 réel, est calculé par assimilation de ces troncs de cônes en cylindres, dont le diamètre est celui évalué au milieu des deux extrémités (base et sommet).

Sur pied, ne mesurant les grosseurs de fûts qu’à hauteur d’homme, on évalue ces diamètres intermédiaires grâce à l’application de coefficients, les DMM (Décroissances Métriques Moyennes), donnant la perte de grosseur en cm par mètre de bille de bas en haut selon la conicité.

Des « tarifs de cubage » renommés (Chaudé, Algan,…) sont également utilisés à cet effet selon les essences et la connaissance particulière que nous avons des peuplements dans certaines zones géographiques.

 

3ème étape : l’estimation

Chiffrer et budgétiser l’ensemble, en tenant compte du panel des opérations à réaliser et des marchés

Tableur de cubage : toutes ces données (nombre de pieds par classes de grosseurs, hauteurs par qualités, DMM ou tarifs de cubage, % de défauts relevés) sont ensuite intégrées dans des tableurs confectionnés spécifiquement pour les différents cas rencontrés (pin maritime, peuplier, autres résineux, feuillus durs, etc.) et permettent de connaître les volumes par produits de la coupe concernée.

Budget prévisionnel : pour chacune de ces lignes de produits prévisibles, l’ensemble des coûts techniques (abattage, débardage, chargements, transport, équipements) sont analysés, ainsi que les prix de ventes prévisionnels, ce qui donne par différence le montant restant pour acheter le bois,  tout en dégageant un minimum de marge de fonctionnement pour la coopérative.

C’est généralement par présentation et explication de ce budget prévisionnel, qu’un technicien finalise définitivement sa proposition d’achat au propriétaire, qu’elle soit en bloc et sur pied ou à l’unité de produits.
Pour en savoir + : contactez un technicien «  Conseil » proche de chez vous

Trouvez votre agence de proximité
> Nous contacter <
Votre question minute, que souhaiteriez-vous savoir ?

Je suis propriétaire forestier

ma commune de propriété est située à

Arbres plantés depuis que vous êtes sur notre site.
Alliance Forêts Bois, c'est 1 arbre planté toutes les 2 secondes

Alliance Forêts Bois est le 1er groupe coopératif forestier de France,
créé et administré par des propriétaires forestiers.
En savoir plus